top of page

REEQUILIBRAGE ALIMENTAIRE







L’alimentation première technique de la naturopathie est au cœur de mon métier d’éducateur de santé. Inutile de proposer des compléments alimentaires et végétaux ou d’autres soins alors que la base de l’équilibre n’est pas réglée.


Le « rééquilibrage alimentaire » est un travail progressif qui doit prendre en compte la dimension culturelle, affective et personnelle de la personne dans son rapport à la nourriture.

Le lien originel à la mère « nourricière » bonne ou mauvaise, et la relation à cette première figure essentielle s’inscrivent intimement et de manière inconsciente dans notre rapport à la nourriture.


Bien évidement des choix plus techniques sont faits en lien avec notre connaissance de la physiologie et des besoins humains ; les protéines constituants 20% du poids de notre corps sont indispensables pour toutes nos fonctions anaboliques que sont la nutrition, la croissance, la restauration cellulaire la reproduction ; en veillant également à l’équilibre des acides aminés essentielles et le facteur limitant avec la loi du minimum de Rubner (le taux du plus petit AA présent détermine le taux d’assimilation) d’où l’importance de la complémentation et des justes associations des AA entre eux.


L’apport des glucides et des lipides de qualité sera également essentiel , et l’apprentissage d’une alimentation adaptée au terrain mis en place progressivement par de réels changements


Mais qu’en est-il de la réalité en France en dehors de quelques heureux en conscience qui choisissent déjà une l’alimentation hypo toxique et personnalisé au terrain et aux besoins et veillent à la qualité de leur alimentation ?

De nombreuses études réalisées depuis une vingtaine d’années, par le CREDOC (centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) ou d’autres chercheurs, mettent en avant une relative déstructuration de l’alimentation des Français. On observe en effet une légère transformation de la composition des repas allant vers la simplification, une irrégularité grandissante des repas, une montée du grignotage et un développement de l’individualisation du rapport à l’alimentation. On note aussi l’apparition de nouveaux produits et l’importance croissante de la santé dans l’alimentation qui n’en demeure pas moins une construction sociale ou manger reste un réel plaisir.


Toutefois, choisir ce que l’on mange aujourd’hui passe par une réflexion personnelle : le consommateur est à la quête d’informations.

L’éducation nutritionnelle, après de longs balbutiements trouve de nouveaux canaux de diffusion. Les scandales alimentaires des dernières années contribuent également à une certaine prise de conscience environnementale et cette ouverture est en harmonie avec la montée en puissance de l’agriculture biologique en France.


Chacun peut donc espérer apprendre à se nourrir correctement pour peu que l’éducation à la santé et son hygiène de vie soit au cœur de ses préoccupations et de celles de sa famille.


6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page